FiscalitéPrix immobilier

Trevor Leggett : Il est temps de profiter de l’amélioration du marché immobilier en France.

Le marché a tourné en faveur des acheteurs et nos demandes (tant internationales que nationales) ont augmenté depuis le début du printemps. Si vous envisagez de vendre votre propriété, c’est maintenant le moment idéal.

Nous savons tous que 2023 a été une année difficile pour tous les agents immobiliers français, avec une baisse globale des ventes d’environ 25%. Nous avons la chance que Leggett attire des acheteurs du monde entier et notre marketing international protège nos clients contre cette baisse de la demande.

Il y a eu bien sûr quelques points lumineux en 2023.

Dans le haut de gamme, nous avons doublé le nombre de ventes de biens de plus de 2 millions d’euros et notre portée mondiale est restée forte puisque nous avons vendu à des acheteurs de 38 pays différents. De plus, nos chiffres du premier trimestre (janvier – mars) sont bons et nous sommes optimistes pour 2024.

Nous avons terminé 2023 avec 640 agents répartis dans tout le pays et nous augmenterons activement ce nombre tout au long de l’année. Notre mélange de clients nationaux et internationaux nous donne un avantage clair sur nos concurrents. Plus de la moitié des nouveaux mandats que nous prenons sont des “exclusivités” et 75 % de ceux-ci proviennent de notre grand nombre de vendeurs internationaux. L’un de nos objectifs sera de renforcer notre présence dans des villes clés telles que Paris, Bordeaux, Lyon et Nice – nous sommes clairement la première agence internationale du marché des “résidences secondaires” et une forte présence urbaine viendra compléter cela.

Un marché en mutation

La forte baisse de la demande en 2023 était principalement due à deux facteurs : premièrement, le fait que les banques françaises aient serré la ceinture et renforcé leurs critères de prêt, avec une augmentation du coût de l’emprunt. Deuxièmement, la guerre en Ukraine et l’incertitude politique/économique mondiale ont entraîné une forte hausse des coûts énergétiques et du coût général de la vie. Il était évident que les vendeurs voulaient vendre aux prix de 2022 tandis que les acheteurs voulaient une réduction – cela a conduit à une chute spectaculaire des ventes par rapport au pic historique de près de 1,2 million au niveau national. Cet écart entre acheteurs et vendeurs se referme enfin, ces derniers devenant plus réalistes par rapport aux prix marché. Allié à des améliorations des critères de prêt bancaire, nous sommes optimistes pour le marché en 2024.

Dans un récent rapport à destination de nos acheteurs HNPI, nous avons prédit que les prix continueraient de baisser au niveau national (entre 3 et 5 % pour l’année). Dans un récent sondage dans Les Echos, 29 % des répondants pensaient que les prix des maisons baisseraient, tandis que 32 % pensaient qu’ils augmenteraient !

Avec une demande qui reste forte (tant de la part des acheteurs nationaux qu’internationaux), le marché devrait revenir à des niveaux de volume plus normaux. Les Notaires de France prévoient des ventes nationales d’environ 860 000 (retour au niveau que nous avons vu en 2017) mais nous sommes légèrement plus optimistes – l’inflation française est tombée à un creux de deux ans de 3,4 % au début de l’année, avec une inflation énergétique (l’un des freins sur le marché) ralentissant fortement. Nous prévoyons que les volumes de ventes nationales atteindront environ 900 000 à la fin de l’année.

Enfin, l’intelligence artificielle (IA) va révolutionner notre industrie et Leggett Immobilier est déterminé à être à l’avant-garde de cette révolution. Il est sûr de dire qu’elle impactera tout, de la recherche de propriétés (cartographie/navigation, algorithmes de recherche/recommandation), aux demandes (chatbots, assistants numériques), aux processus (reconnaissance faciale, paiements électroniques), au marketing (création de contenu, algorithmes de réseaux sociaux) jusqu’au “produit” lui-même (automatisation des maisons intelligentes, efficacité énergétique, impression 3D).

Cependant, l’immobilier est et restera toujours une “affaire de personnes” – l’IA nivellera le terrain de jeu, mais la “connaissance locale, sur le terrain” donnera un avantage compétitif, de sorte que les vrais experts se démarquent et gagnent des parts de marché.