Lu dans la presse

 

Vu des Etats Unis : C’est le moment d’acheter une résidence secondaire sur la côte

La maison de vacances n’est plus un luxe exclusivement réservé aux privilégiés. Le prix moyen des maisons a en effet chuté en 2015 dans plus des trois quarts des villes du littoral français, écrit The New-York Times. Si cette baisse des prix était la plupart du temps inférieure à 10% elle était particulièrement prononcée à Saint-Raphaël (-12,8%), Hyères (-11,1%), et Saint-Malo (-11,4%). Qu’est-ce qu’on attend pour s’acheter une maison en bord de mer ? S’interroge le quotidien américain.

Manoir du XVe siècle, à vendre dans les Côtes d’Armor : 449 000 € HAI.

Vu du Royaume-Uni : Oubliez l’Angleterre, optez pour la côte française

Des hautes falaises normandes aux côtes rocheuses de Bretagne en passant par les vastes plages de sable de la côte atlantique… le littoral français est un véritable terrain de jeu à ciel ouvert. Séduits par un climat plus clément et des prix d’achat plus intéressants, les Britanniques sont nombreux à investir dans la pierre tricolore, et ce même depuis le vote en faveur du Brexit. « Que vous cherchiez un moyen de rester à tout prix dans l’UE ou un endroit en bord de mer pour écouler tranquillement vos jours fériés, la France offre des options de logement très attrayantes et souvent plus abordables. », note The Telegraph qui liste une série de villes côtières françaises arborant des similitudes avec leurs voisines anglaises. « Le petit port de pêche de Padstow (dans les Cornouailles) vous semble hors de prix ? Optez pour son équivalent vendéen : Saint-Gilles-Croix-de-Vie ! » En plus d’afficher quelques degrés de plus, cette charmante petite commune est située à seulement 3 heures de route de Saint-Malo, non loin des aéroports de Nantes, de Poitiers et de La Rochelle. Autre détail, et pas des moindres : le prix du mètre carré y est deux fois moins cher, assure le quotidien britannique.

 

Vu d’Italie : A quoi pourrait ressembler 2017 ?

Malgré une faible croissance économique, 2016 était une bonne année pour le secteur immobilier avec 860 000 biens vendus (contre 803 000 en 2015) ; un dynamisme qui s’explique en grande partie par la faiblesse des taux immobiliers, explique Il Sole 24 ore. L’agence de notation Standard & Poor’s table sur une augmentation de 2% des prix immobiliers en France en 2017, des prix qui devraient se stabiliser en 2018. Si 2017 débute sur de très bonnes bases avec une confiance élevée des consommateurs français, deux événements susceptibles de perturber le marché sont à surveiller de près, met en garde le journal : la présidentielle française et le Brexit.

(Extraits du Courrier International du 23 au 29 mars).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *