Les effets du Brexit sur le marché immobilier français

Lors d’un référendum organisé le 23 juin 2016, l’électorat britannique a voté pour quitter l’Union européenne alors que le monde entier regardait pour voir quel serait l’impact politique et économique. Nous sommes toujours en phase de “négociation” – officiellement, le Royaume-Uni quittera l’Union Européenne le 29 mars 2019, mais une période de transition a été mise en place avec le 31 décembre 2020 comme date d’entrée en vigueur des nouvelles règles et réglementations.

Cependant, il est clair que le président Macron, et le marché immobilier français, souhaitent bénéficier de la décision du Royaume-Uni. Ainsi, à la fin de l’année dernière, Paris a battu Londres, Francfort et Berlin en gagnant le plus gros contrat de l’année – la vente de bureaux de 1,8 milliard d’euros à La Défense. Ce n’est pas un cas isolé mais un symptôme de la vague de confiance entourant le secteur immobilier commercial français.

Superbe manoir comprenant 7 chambres, de nombreuses dépendances et une belle vue sur la campagne environnante.

Comment cela a-t-il affecté le marché résidentiel en France ?

Depuis le référendum en 2016, nos ventes aux acheteurs britanniques sont en hausse. Les demandes de renseignements et les ventes ont augmenté d’année en année et il semble que plus nous approchons de la date de départ, plus la demande est forte.

Trevor Leggett, Président de Leggett Immobilier, explique :

« Nous avons vu une baisse immédiate des demandes de renseignements juste après le vote en juin 2016. Le choc de la décision a provoqué une paralysie à court terme dans de nombreux secteurs et nos clients potentiels ont clairement mis en veilleuse leur recherche de biens en France. Cependant, cette paralysie n’a été que de courte durée et dans les mois suivants, il est devenu évident qu’il y avait un “contrecoup du Brexit”. Les ventes ont augmenté et les acheteurs ont même légèrement augmenté leurs budgets (+ 7% lorsque les taux de change sont pris en compte).

 N’oubliez pas que 28% de la population n’a pas voté et 48% a voté pour rester dans l’Union Européenne. Il est donc clair que beaucoup de ces personnes ont décidé qu’elles voulaient garder un certain lien avec l’Union européenne et qu’une propriété en France était un bon moyen pour y parvenir.

 En définitive, personne ne sait à quoi ressemblera le nouvel accord mais il est sûr à 100% qu’il sera toujours possible d’acheter et de vendre des biens en France. Nous avons des centaines de clients chaque année qui achètent depuis l’Australie, l’Extrême-Orient, les Etats-Unis et d’autres pays en dehors de la zone euro. Il y a peut-être un peu plus de formalités administratives à faire, mais les Britanniques ont acheté des biens et ont vécu en France pendant des centaines d’années … cela ne va pas changer. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *