BREXIT : quel impact sur les investissements immobiliers britanniques en France ?

L’incertitude qui pèse sur le sort du Royaume Uni au sein de l’Europe, depuis le vote du Brexit en 2016, aurait pu avoir raison de la première place qu’occupent les Britanniques depuis plusieurs années sur le podium des investissements immobiliers étrangers en France. Contre toute attente, 2018 marque un nouvel essor des transactions opérées par les ressortissants anglais sur notre territoire… La preuve par les chiffres, avec Leggett Immobilier, n° 1 des ventes de biens auprès des acheteurs étrangers en France.

Le Britanniques, n°1 des investisseurs étrangers dans l’immobilier français

Dans le top 10 des nationalités ayant investi dans l’immobilier en France en 2018, la Grande Bretagne maintient sa position de leader, avec 27% des transactions réalisées, et une augmentation du nombre de ventes de 4,5% vs 2017. Soit la plus forte croissance, en comparaison avec les autres pays. Les Belges et les Allemands suivent bien loin derrière, avec respectivement 18,7% et 7,2% du marché, et + 2,1% et + 2,4% d’évolution*.

Les Britanniques semblent profiter de l’incapacité de leur gouvernement à négocier la sortie de l’Europe pour initier ou poursuivre d’intéressants investissements ! Résidents et Non-Résidents ont cependant eu deux manières distinctes de réagir dès 2016 : les premiers ont joué la montre et profité de leur présence, même occasionnelle, sur le territoire français pour réaliser un premier ou nouvel achat rapidement (on note en 2017 une avancée de 17% de ventes auprès de ce public, puis de seulement 2% en 2018). Les seconds ont attendu de voir les discussions avec l’Union Européenne s’embourber pour profiter du sursis : après une frileuse année 2017 en recul de 17% pour ce qui concerne les transactions immobilières des non-résidents en France, 2018 a vu redémarrer leurs investissements de 5%.

Fait intéressant : près d’un achat britannique sur 8 est en fait une seconde accession à la propriété en France… Une récidive qui laisse augurer une réelle adhésion à l’art de vivre « à la Française » ! Et bien que 87% des achats concernent un usage du bien en tant que résidence secondaire, 41% des Britanniques acheteurs en France en sont aujourd’hui résidents…

Nouvelle Aquitaine, Région PACA et Occitanie : le trio gagnant des régions attractives

Si la région PACA et l’Occitanie tiennent le haut du pavé des régions les plus attrayantes pour les acheteurs internationaux, les Britanniques affectionnent en première position la Nouvelle-Aquitaine, où se situe près d’un tiers des biens qu’ils achètent ! Suivent ensuite l’Occitanie (16% en moyenne) et l’Auvergne/Rhône Alpes. La quête de soleil, de beaux paysages et d’une richesse gastronomique prévaudrait-elle ?

Un budget moyen en baisse mais conséquent… Profitez de cette tendance !

Les turbulences liées au Brexit ont cependant un impact sur le budget investi, qui baisse en moyenne de 6% vs 2017, mais s’échelonne tout de même entre 428 k€ pour l’Auvergne-Rhône-Alpes et 702 k€ pour la Région Parisienne. Des sommes qui n’ont rien de dérisoire, et qui vous ouvrent peut-être de nouvelles perspectives dans la recherche d’un acheteur pour votre propre bien ? D’autant que le profil type de ces Britanniques souhaitant acquérir un bien en France est plutôt rassurant : généralement quinquagénaire, marié et cadre en grande majorité, souhaitant pour 81% acheter dans l’ancien, et pour 87% en quête d’une résidence secondaire…

Avec une vente sur 5 auprès des ressortissants de Grande-Bretagne réalisée par Leggett Immobilier, notre enseigne est aujourd’hui probablement la plus légitime pour vous accompagner auprès de cette clientèle à laquelle vous n’aviez pas forcément pensé. N’hésitez pas à vous rapprocher de votre conseiller local ou à nous joindre via nos sites ou réseaux sociaux !

– – –

* Source : 11ème observatoire BNP PARIBAS International Buyers

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *