Le Secret du Bonheur

Lâcher la grande ville pour vivre à la campagne, c’est le choix qu’ont fait Laure et Jean-Louis, voici 2 ans. La transition s’est faite tout en douceur, pour le meilleur !

Nous avons retrouvé Laure dans son nouveau village, Bertric-Burée (moins de 500 habitants) au nord de la Dordogne. Comment une Parisienne « pure souche » comme elle, a-t-elle pu considérer réaliser un tel changement de vie ?

Laure – C’est vrai, je suis une authentique Parisienne, née à Paris. Je travaillais dans la communication et l’évènementiel pour les éditions Glénat (BD). Un job très prenant qui me conduisait chaque année à participer au Festival de la Bande Dessinée d’Angoulême. On ne peut pas dire qu’Angoulême, au mois de janvier, soit des plus plaisantes : il fait souvent froid, il y a beaucoup de monde partout… Et pour moi, l’endroit était synonyme de travail et de stress. Pourtant, c’est là que l’idée de chercher une maison pour y passer nos week-ends a germé.

Une maison dans le Sud-Ouest, ce n’est pas un peu loin de Paris ?

Laure – Il faut dire que mon mari occupait la direction de la filiale des Chemins de fer italiens et que nous avions des facilités pour voyager… Il faut dire aussi qu’il est originaire du Lot. Le goût pour les paysages et le style de vie du Sud-Ouest nous a assez vite conquis, ainsi que notre maison. Son prix a été une excellente surprise. Nous l’avons achetée 200 000 €. On venait de Paris tous les week-ends, hiver comme été pour la restaurer, la décorer… On en est dingues !  C’est une maison atypique de 120 m2 avec une dépendance qui nous permet de recevoir nos amis en été et une grange de 350 m2 – en cours de restauration – très utile pour abriter nos affaires de Paris ! Ancien relais de la garde du château de Lusignac, elle nous attendait. Passer d’un appartement à une maison entourée de champs de colza, parcourus par les chevreuils… C’est le bonheur intégral ! Et au bout de quelques temps j’ai réalisé que ma vie était ici.

Comment avez-vous organisé votre nouvelle vie ?

D’abord par une rupture conventionnelle avec mon ancien employeur, suivie d’un bilan de compétences. Mon mari travaille pour Leggett Immobilier dans le secteur des Commerces et Entreprises (LCE). J’ai récemment rejoint le siège social de l’agence pour un poste dans la communication et les relations de presse en France. Il y a aussi du travail à la campagne !

Et quid de vos loisirs, les amis, la famille… ?

J’aime bien jardiner et retaper les meubles chinés dans les brocantes alentour. Jean-Louis est aussi un grand bricoleur. Il a réalisé beaucoup de travaux dans la maison : pose du carrelage, du parquet… C’est aussi un passionné de voitures de collection – qui ont trouvé leur place dans la grange. Il aime aussi les motos. Il acheté une « Triumph », passé son permis et nous faisons de grandes balades le week-end sur les routes de campagne. En fait, nous n’avons encore jamais fait le voyage inverse pour un week-end à Paris. Rien ne nous manque. Et nous faisons de émules : nos meilleurs amis ont acheté une maison à côté de l’Isle, à une vingtaine de kilomètres de chez nous et mes parents ont décidé de quitter Paris pour s’installer à Périgueux. Nous sommes pleinement heureux.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *